Normandie Terre De Libertes

Normandie terre de libertes
Normandie terre de libertes

Au cours de l'été 1997, la première édition de "Normandie Terre de Libertés" produit par l'AVEC a mis en évidence cette vallée, située au coeur du Pays de Caux.

"Normandie Terre de Liberttés" a également mis un grand coup de projecteur sur le magnifique site de l'Abbaye du Valasse.

Prés de 80 000 spectateurs ont assisté à cette grande fresque historique.

19 scènes d'histoire

Le maire-échevin de Gruchet et un Supérieur de l'ordre des Cisterciens vous guideront d'une époque à l'autre à travers 19 scènes.

Final riche en émotions

Présentation en détail des 19 scènes.

Prologue. Les armées américaines, canadiennes, anglaises et le commando français Kieffer débarquent sur les plages normandes pour réaliser la plus grande opération militaire de l'Histoire dont le succès décidera de la Libération de la France.

Marcus aux thermes de Juliobona. Nous trouvons Marcus, de retour de Rome où l'Empereur Auguste lui a confirmé l'érection de Juliobona en "civitas".

Les Vikings en terre franque. Vaquant à leurs activités quotidiennes, les femmes franques sont attaquées par les Vikings. Terreur, violence, barbarie, soumission, telles sont les sévices endurées par les Francs à l'arrivée des "hommes du Nord".

Le concile de Lillebonne. Guillaume "le Bâtard", devenu Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie et roi d'Angleterre préside, en 1080, Le Concile de Lillebonne, entouré de tous les évêques et nobles du Duché.

Les Voeux. Waleran de Meulan, au retour de la seconde croisade, risque le naufrage. Brave sur terre pour combattre les infidèles, il se trouve désarmé devant les forces de la nature et s'en remet à Dieu, promettant s'il a la vie, de fonder une abbaye à la Haye de Lintot sur les terres appartenant à sa femme, Agnès de Monfort.

La Construction de l'Abbaye du Valasse. C'est sous la direction d'un abbé venu de Mortemer, Richard de Blosseville, que s'est effectuée la construction de l'abbaye dans la tradition des monuments cisterciens, entièrement dédiés à la prière et au silence.

La joie populaire. La tradition veut qu'en Normandie, comme ailleurs, la joie succède à la peine. Souvent éprouvés par les guerres et leurs fléaux, les Normands ont toujours montré leur dynamisme et leur enthousiasme lors de grandes réjouissances populaires, une fois la paix retrouvée.

Henri II Plantagenet à Gruchet. En mars 1181, Henri II, son fils Jean Sans Terre, et les nobles qui les accompagnent arrivent à l'Abbaye pour la dédicacer.

Le rayonnement de L'abbaye. Si le Valasse pouvait nous raconter son histoire, voici peut-être ce qu'il nous dirait.

Le textile en Pays de Caux. Activité traditionnelle, le tissage du lin puis de la laine fut supplanté au XVIIIème siècle par celui du coton.

Jeanne d'Arc à Rouen. Suivons Jeanne depuis son enfance heureuse à Domrémy jusqu'à sa mort sur le bûcher à Rouen.

Le marché normand. Restant un lieu de rencontres et d'échanges, le Marché Normand est toujours coloré et le théâtre de scènes pittoresques. Cette scène est riche en actions diverses et animées.

Les cahiers de doléances. A l'annonce de la convocation des Etats Généraux, noblesse, clergé et Tiers-Etat expriment leurs souhaits et élisent les députés qui les représenteront à Versailles le 5 Mai 1789.

Les arbres de la Liberté. Après les premières journées révolutionnaires, la joie règne parmi le peuple qui danse pour célébrer les libertés récemment acquises.

Les Terre-neuvas. Pendant des décennies, les pêcheurs d'Yport et de Fécamp, partant de longs mois à proximité de Terre-Neuves, vont écrire l'histoire de la pêche au grand large et de la vie des Terre-Neuvas.

Les peintres de l'esturaire. Retrouvons Claude Monet dont la toile peinte en 1872 "Impression soleil levant" donna son nom au nouveau courant artistique du XIXème siècle : L'IMPRESSIONNISME.

Le Havre et le paquebot "Normandie". Construit par les Chantiers de Penhoët, près de Saint-Nazaire, le paquebot "Normandie" dont les trois cheminées rouges ceinturées de noir étaient l'emblème de la Compagnie Générale Transatlantique, véritable objet de fierté de ses Constructeurs, fut mis à l'eau le 29 octobre 1932.

Arsène Lupin et "l'Aiguille creuse". Originaire de Rouen, Maurice Leblanc connaissait bien notre région. Ses descriptions sont empreintes des conseils que lui prodiguèrent les célèbres écrivains normands Guy de Maupassant et Gustave Flaubert. Ami de la Famille Fauquet, propriétaire des lieux, c'est au Valasse qu'il écrivit son premier roman "L'AIGUILLE CREUSE" dans lequel il nous fait parcourir dans tous les sens un triangle délimité par Rouen, Dieppe et Le Havre

Le final Liberté. C'est l'histoire de la Normandie qui vient de vous être racontée. Une dernière fois, vous retrourverez, assis sur un banc de pierre, le maire-échevin de Gruchet le Valasse et le Supérieur de l'ordre des Cisterciens.

Les créateurs

Conception artistique : Charles BEAUCHART
Historien : Alain AVENEL
Scénariste : Gérard BERNINI
Mise en scène : Yves MAUGARD
Conception lumière : Jean-Luc CAVALLO
Production : L'Association Vie et Culture en Vallée du Commerce

Revenir